Préservation de la biodiversité : le Gabon et le Costa Rica s’unissent pour encourager la protection des espèces sauvages. 

Le Gabon et le Costa Rica appellent à un nouvel accord international pour prévenir et combattre la criminalité liée aux espèces sauvages. C’est à travers une déclaration commune publiée aujourd’hui que la nouvelle a été annoncée. 

« Les crimes contre les espèces sauvages constituent une menace pour la santé humaine et animale.  Ils entraînent l’extinction de nombreuses espèces, dégradent des écosystèmes entiers et leur capacité à séquestrer le carbone. Aussi, ils privent les gouvernements de revenus, exacerbent la corruption, l’insécurité et la pauvreté », a déclaré  le président gabonais Ali Bongo. Pour sa part, le président costaricain met l’accent sur la menace des espèces sauvage et leur rapport avec les crises sanitaires. « On nous signale qu’il existe des centaines de milliers de nouveaux virus qui pourraient passer de la faune sauvage à l’homme. Nous luttons contre le changement climatique et sommes alertés de la menace d’extinction d’un million d’espèces. Le trafic illicite d’espèces sauvages exacerbe toutes ces crises mondiales interdépendantes », a affirmé Carlos Alvarado Quesada.

Aujourd’hui, la banque mondiale estime l’impact des crimes sur les écosystèmes entre 1 à 2 trillions de dollars par an. les gouvernements, eux, perdent chaque année 7 à 12 milliards de dollars de recettes fiscales. Ces pertes s’expliquent par l’exploitation illégale des forêts, de la pêche et du commerce des espèces sauvages. 

Entre 1999 et 2019 prêts de 6 000 espèces ont été saisis et plusieurs trafiquants présumés ont été identifiés. « Il est temps de traiter les crimes contre la faune sauvage comme les crimes graves et hautement destructeurs qu’ils constituent », précise la déclaration des deux nations. 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

0 Commentaire
scroll to top