Le Gabon ambitionne d’avoir plus de biens culturels et naturels inscrits au patrimoine mondial.

Le Gabon œuvre actuellement pour l’élargissement de la liste de ses biens culturels et naturels inscrits au patrimoine mondial. Récemment,les chercheurs de l’Institut de recherche des sciences humaines (IRSH) ont eu une séance à cet effet . Cette séance a connu la participation du secrétariat général permanent de l’Unesco. La rencontre a eu pour but de faire un recensement des potentiels biens culturels et naturels du Gabon répondant aux critères de valeur universelle exceptionnelle.

Le Gabon n’a jusque-là qu’un seul bien enregistré au patrimoine mondial. Il s’agit du parc national de la Lopé, inscrit en 2007. Il y a pourtant « beaucoup de biens du patrimoine gabonais » pouvant s’ajouter à cette liste selon l’anthropologue Claudine Augé Angoué. L’inventaire réalisé, pour l’instant, a permis d’identifier 4 biens naturels et culturels gabonais répondant aux critères de sélection. D’une part,il y a  » les chutes de l’impératrice Eugénie de Fougamou  » et  » les Grottes de Bongolo « . D’autre part,on compte deux anciens sites missionnaires que sont  » Saint Martin des Apindji  » et  » Notre Dame des Trois Epis de l’Equateur de Sindara « .

Si inscrits au patrimoine mondial, ces sites pourront générer « de grosses retombées économiques » au Gabon. C’est ce qu’a déclaré Thierry Nzamba Nzamba, spécialiste programme culture Unesco. Pour bénéficier de ces « retombées », poursuit-il, « il faut que ces sites soient entretenus ».

Le directeur général de l’IRSH, Ludovic Obiang espère que les quatre biens recensés seront ,au moins, inscrits au patrimoine national et au mieux, au patrimoine de l’Unesco.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

0 Commentaire
scroll to top