Gabon : Lorsque le trafic illégal et abusif du bois finance la campagne présidentielle de Jean Ping.

La campagne présidentielle de Jean Ping, en 2016, a été financée par de l’argent illégal, issu d’un trafic illicite et abusif du bois africain. C’est ce qu’ont révélé les enquêteurs de l’Agence d’information sur l’énergie (EIA). C’est une agence indépendante de la statistique au sein du département américain de l’Energie. Ces enquêteurs ont récemment achevé une étude sur l’exploitation illégale des forêts tropicales fragiles du Gabon et du Congo. Il en ressort que le Groupe Deija (chinois) aurait corrompu des dirigeants politiques pour obtenir ses concessions d’exploitation en Afrique.

À ce titre, le cerveau du Groupe Deija, Xu Gong De, « aurait été le principal financeur de la campagne présidentielle de M. Ping au Gabon en 2016 » ont dévoilé les enquêteurs. Xu Gong De est un magnat chinois qui a passé des décennies en Afrique centrale. Il est le neveu de Jean Ping qui a échoué à la présidentielle de 2016 face à Ali Bongo Ondimba.

D’après les enquêteurs, le Groupe Deija aurait remporté ses contrats d’exploitation forestière au Gabon et au Congo en s’alliant avec des hommes d’Etat. On peut citer au Congo, l’ancien ministre de l’Économie forestière, Henri Djombo. Deija « a surexploité la forêt gabonaise et congolaise en 2013 et 2016 » selon les enquêteurs. Une surexploitation de « 1000 % dans certains cas », de 46 espèces différentes.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

0 Commentaire
scroll to top