Grand Libreville : Sylicog demande une suspension du déguerpissement de la voie publique

Le Syndicat libre des commerçants du Gabon (Sylicog) a demandé que le déguerpissement de la voie publique dans le Grand Libreville soit suspendu pour le moment. La décision du gouvernement de dégager les occupants illégaux est « trop brusque » selon le syndicat. Pour ce dernier, l’ultimatum de 48 heures qui a été donné aux occupants est « surréaliste ». « Nous avons l’impression qu’elle (la décision) n’a pas fait l’objet d’une étude préalable » a déclaré Djos Kierigouo, président du Sylicog. 

Ce dernier a déclaré que la majorité des occupants qu’on déguerpit sont des personnes économiquement faibles. « Comment feront-elles ? Où iront-elles ? » s’est questionné le président du Sylicog. Ce dernier précise toutefois que « nous ne refusons pas de partir ». « Nous demandons juste au gouvernement de faire les choses de manière plus organisée » a-t-il nuancé. 

Déguerpir les gens « sans mesure d’accompagnement les jette dans la précarité » selon Kierigouo. Entre autres mesures, il préconise une relocation de ces commerçants pour qu’ils continuent de mener leurs activités. Le gouvernement a lancé depuis dimanche une opération de restauration de la voie publique dans le Grand Libreville. Les forces de sécurité et de défense ont procédé au déguerpissement des occupants illégaux depuis ce jour. 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

0 Commentaire
scroll to top