Vers la création d’un Club pour favoriser l’apurement de la dette vis-à-vis du secteur privé

Société

La FEG au cabinet du ministre du Budget.

Les membres de la Fédération des entreprises gabonaises (FEG) ont sollicité la mise en place d’un ‘’Club de Libreville’’. Ce dernier prendra en charge les grands marchés publics et les créanciers privés internationaux. Le club permettra de favoriser l’apurement de la dette vis-à-vis du secteur privé. Le sujet a été évoqué au cours d’une rencontre tenue hier entre le ministre du Budget Edith Ekiri Mounombi Oyouomi et le président de la FEG, Henri Claude Oyima.

’Madame la ministre nous a donné toutes les assurances nécessaires pour le lancement, en tout début d’année 2023, du Club de Libreville. Il permettra de relancer l’économie nationale, de redonner confiance aux entreprises nationales et de préserver les emplois’’, a confié Henri Claude Oyima, président de la FEG.

L’année 2023 pourrait donc voir se concrétiser l’apurement des dettes de l’État vis-à-vis des opérateurs économiques. Le Club de Libreville devrait permettre à l’ensemble des créanciers de se constituer en un groupement d’intérêt économique (GIE).

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

0 Commentaire
scroll to top